Actualités

Une nouvelle vision de la scoliose idiopathique

Publié le :
15/10/2019 à 09:42


Le Dr Sébastien PESENTI (service de Chirurgie orthopédique pédiatrique du Pr JOUVE à l’Hôpital de la Timone) a reçu le prix de la meilleure étude de recherche fondamentale lors du dernier congrès de la Scoliosis Research Society à Montréal.
 

 Les travaux du Dr PESENTI et de l’équipe du Pr JOUVE portent sur l’aspect dynamique et tridimensionnel des déformations de la colonne vertébrale, en particulier la scoliose idiopathique de l’adolescent. Il s’agit d’une déformation relativement fréquente qui touche 2 à 3 % de la population pédiatrique. L’évaluation standard se fait généralement par radiographie. Le patient est donc immobile au moment de l’examen, ce qui ne permet pas de prendre en compte les implications dynamiques de la déformation. La recherche menée par le Dr PESENTI avec le Pr JOUVE et le Pr VIEHWEGER (responsable de la plateforme d’analyse du mouvement à la Timone) a permis l’élaboration d’une méthode novatrice d’analyse, un peu à l’image du « Motion capture » pour le cinéma ou les jeux vidéos. Des marqueurs réfléchissants sont posés sur la peau des patients. Lorsque ces derniers marchent au sein du laboratoire, des capteurs infrarouges détectent et suivent la position de chaque marqueur.



A partir des données recueillies, l’équipe est en mesure de construire un squelette virtuel et d’étudier précisément l’impact de la déformation sur les mouvements des patients.   


 


Cette technique d’analyse dynamique et tridimensionnelle a permis de mettre en évidence des anomalies récurrentes dans le schéma de marche des patients. Elle offre également la possibilité aux chercheurs de recueillir des données beaucoup plus poussées sur les résultats des interventions chirurgicales au niveau de la mobilité. A terme, cette étude pourrait permettre d’établir des pronostics extrêmement fiables sur l’évolution de la maladie et aider à déterminer pour chaque patient si une intervention chirurgicale précoce est pertinente.  

En effet, la scoliose n’a pas de retentissement fonctionnel à l’adolescence. Les scolioses de faible amplitude se stabilisent en fin de croissance et ne nécessitent en général pas d’intervention chirurgicale. Les scolioses de grande amplitude par contre, vont continuer à évoluer et se majorer même après la fin de la croissance. Sans traitement, cela entraîne une dégénérescence articulaire prématurée, de l’arthrose, des douleurs dans le dos et secondairement dans les jambes du fait d’un pincement des racines nerveuses. Lorsqu’elles ne sont pas prises en charge à l’adolescence, les personnes atteintes doivent se faire opérer aux alentours de 35 / 40 ans. Mais la chirurgie est alors beaucoup plus complexe et invasive du fait de la rigidité de la déformation et des complications associées.
 


Grâce aux développements de l’analyse dynamique et tridimensionnelle, il sera sans doute possible d’anticiper ces complications et de proposer le traitement le plus adapté en fonction des facteurs prédictifs et des projections obtenues.     

L’obtention ce prix a permis de renforcer les collaborations avec d’autres équipes internationales, notamment en Belgique, aux Etats-Unis et au Japon. La formation d’un groupe d’étude est envisagée afin de mettre en commun les données recueillies. Le service de Chirurgie orthopédique pédiatrique de la Timone dispose déjà de l’une des bases de données les plus importantes au niveau mondial.