Actualités

Deux cinéastes en immersion en réa pédiatrique

Depuis un mois, Karim DRIDI, le réalisateur de Chouf (tourné à Marseille dans les quartiers Nord), mais aussi de plusieurs longs métrages (Bye Bye, Pigalle, Le dernier vol, Khamsa…), et le documentariste Jean-Noël PANÉ se sont posés avec leur caméra dans le service de réanimation pédiatrique de la Timone. Plusieurs fois par semaine, ils passent du temps avec les enfants, les familles et les équipes du Pr Fabrice MICHEL, qui ont accepté leur discrète présence de jour comme de nuit. Ici pas de fiction, pas de plateau, pas d’acteurs : la réalité à l’état brut. Les deux cinéastes se font oublier pour observer la vie de ce service et l’humanité qui s’en dégage. Un ballet d’aides-soignants, infirmières, puéricultrices, cadres, médecins, bénévoles et parents autour des petits patients : les enfants de la réanimation.

 

Réanimation pédiatrique - Hôpital de la Timone (AP-HM)Ce projet de documentaire est né d’un désir de Karim DRIDI de réaliser un film sur les clowns du Rire Médecin. « J’ai suivi les clowns dans le centre de réanimation pédiatrie et là ce fut un choc, une révélation. J’ai ressenti quelque chose que j’ai du mal à expliquer. Comme si je découvrais un monde inconnu au cœur de l’hôpital. Une sorte de bulle. Une bulle d’amour, me dira plus tard la maman d’un enfant hospitalisé en réa. J’avais l’impression d’être dans un vaisseau spatial avec des machines ultras sophistiquées et des bruits d’alarmes étranges. Devant tous ces enfants luttant pour vivre, avec autour d’eux des équipes de soignants au top niveau, je me suis dit que ma place était là, que je devais y faire un film. »

 

Le Pr Fabrice MICHEL a été séduit par l’idée, un documentaire qui porterait un regard sans jugement, sans objectif promotionnel, sur des tranches de vie dans cet univers si particulier. Un film à la portée de tous, pour raconter l’engagement des équipes soignantes, montrer que la vie est là, puissante et combative face à la maladie.

 

« Le pari du film est ambitieux », précise Karim. « Je veux révéler ce quotidien de vie bouleversant, témoigner des épreuves que traversent les familles, les allées et venues au bloc, l’espoir, la peur et la détresse mais aussi les extraordinaires relations d’entraide qui se créent, les moments de bonheur. Le plus dur est sans doute de réaliser un film grand public sans se voiler la face sur la mort des enfants. »

 

Le duo de réalisateurs se complète à merveille : Karim est plus réservé, Jean-Noël a le don de mettre tout le monde à l’aise par son sourire et sa bonne humeur. Ils se sont donné une année pour faire un travail de fond afin de saisir l’âme de ce service hospitalier que peu de gens connaissent vraiment.

 

Photo d'illustration : Karim DRIDI et Jean-Noël PANÉ entourés par l’équipe du Pr MICHEL